50 ANNÉES RECKLI

RECKLI fête ses 50 ans: IDÉE DE GÉNIE LORS D’UNE VISITE DE CHANTIER

L’idée d’un mode innovant de création en béton est née d’une observation fortuite. Avec persévérance et sans crainte, les fondateurs de la société développent un produit novateur et une entreprise particulière.

Fini les structures figées, une nouvelle ère commence : Tandis que la révolte étudiante de 1968 bouleverse politiquement la République fédérale encore jeune, c’est une révolution toute particulière qui se mijote dans la Ruhr. Hans-Jürgen Wiemers ne voit pas dans le béton seulement un matériau de construction, mais en voit le potentiel d’outil de création malléable. Avec opiniâtreté et esprit d’innovation, il développe un produit qui apporte aux façades une puissance d’évocation : la matrice RECKLI.

Dans les années 60, les architectes reconnaissent le potentiel des façades, même si les possibilités de création sont encore limitées. Il faut donner une forme au béton avec des coffrages qui se dessinent dans le matériau malléable avec tous leurs défauts. Afin d’éviter les effets optiques involontaires, de nombreux concepteurs choisissent par conséquent le béton désactivé. Le délavage met le granulat à nu, il en résulte une structure régulière sur la façade.

Hans-Jürgen Wiemers veut plus que seulement des surfaces en béton désactivé. Il rêve d’abandonner les façades monotones pour des surfaces en béton variées et techniquement sans défauts. Wiemers dit de la façade qu’elle est le «costume noir» d’une construction. En tant que commercial pour un fabricant de produits chimiques pour la construction, il rencontre régulièrement les difficultés de création de surfaces en béton brut : Les ouvriers sur place se lamentent sur les obstacles techniques et les défauts optiques. C’est lors de l’une de ses visites de chantiers que Wiemers a l’inspiration, lorsqu’un camion roule sur du béton frais et laisse une empreinte de pneus impeccable. Il découvre qu’il peut façonner des structures dans le béton à l’aide d’un coffrage élastique intégré. Mais il doit être suffisamment résistant pour être utilisé dans l’industrie du bâtiment et suffisamment élastique pour pouvoir être retiré sans problème du béton sec. 

Il se retire avec son idée dans son garage qui lui sert de laboratoire. Il va chercher de l’aide auprès de son client et ami, Franz Ernst, et engage un chimiste pour trouver la bonne composition du coffrage grâce à d’innombrables expériences. Quand 6 mois plus tard, la recette est acquise, H-J. Wiemers et F. Ernst créent l’entreprise RECKLI en août 1968.

Ils déterminent les mesures maximums admissibles pour les matrices et développent des normes de production. La production se fait en majeure partie manuellement parce qu’il n’existe pas de machines pour la production de coffrages élastiques de cette nature et de cette taille. En outre, la fabrication manuelle garantit que chaque détail de leur produit répond aux exigences de qualité des fondateurs. L’esprit d’entreprise et l’énergie si répandue dans la Ruhr les aident à engager les premiers salariés : les employés de la première heure sont enthousiasmés par la possibilité de conduire une jeune entreprise au succès et de réaliser un nouveau produit.

F. Ernst et H-J. Wiemers laissent largement carte blanche à leurs collaborateurs, favorisent l’échange constant des avis et les hiérarchies horizontales. Ainsi, les idées innovantes peuvent circuler à tous les niveaux. Les erreurs ne sont pas condamnées, mais acceptées comme faisant partie du processus de développement. La disposition aux discussions ouvertes et à la recherche commune de solutions fait partie de l’esprit start-up des fondateurs.

Après le développement du produit et l’élaboration des structures d’entreprise, une offensive publicitaire s’impose pour établir les matrices sur le marché. H-J. Wiemers et F. Ernst développèrent le message clé : Les matrices RECKLI procurent un bénéfice au client et lui facilite le travail. Afin d’en convaincre les clients, les fondateurs entament d’abord une tournée marketing régionale, bientôt suivie de stands sur les salons et des premiers contacts internationaux. Dès 1971, RECKLI conclut des partenariats en France, en Italie et en Suisse ainsi qu’au Bénélux. 2 ans plus tard, la jeune entreprise a des ramifications dans toute l’Europe occidentale.

Pourtant, après les premiers grands succès, l’entreprise est confrontée au premier défi d’importance. La crise pétrolière jette le trouble chez les politiciens et l’économie allemande s’enfonce dans la crise. Outre les conséquences économiques, RECKLI est directement concernée : le pétrole est l’une des matières premières pour la fabrication des matrices - la pénurie et l’augmentation des prix peuvent avoir des conséquences catastrophiques pour la sécurité de la production. Les prix du matin sont déjà dépassés l’après-midi. Les jeunes entrepreneurs réagissent. Ils négocient des prix imposés et des contrats de fourniture à long terme, diversifient leur structure de fournisseurs et revoient leurs stocks. Lorsque la situation commence lentement à se remettre en 1974, H-J. Wiemers et F. Ernst peuvent souffler : ils ont surmonté leur première grande épreuve. En 1975, l’entreprise entame des relations commerciales avec le Moyen Orient et fournit les premières matrices en Arabie Saoudite et dans les Emirats Arabes Unis. Dix ans après sa création, RECKLI a conquis une place dans un marché spécialisé et s’est fait un nom comme fabricant de produits de grande qualité.

Avez-vous des questions concernant nos produits?
Contactez RECKLI
Partager cet article
<
Reckli Logo